Commit 96d3315d authored by ludi's avatar ludi
Browse files

ether2html et numérotaion sommaire

parent 6de9e31a
# Ether2html
Skeleton to design a webpage (for screen or print) collectively and synchronously using Etherpad, a collaborative text editor. It uses the [Showdown library](https://github.com/showdownjs/showdown) to convert markdown to html and the [paged.js library](https://www.pagedmedia.org/paged-js/) to layout the pages. ERG (Brussels) and Piet Zwart Media Design Master (Rotterdam) are the first places where is have been used by participants of workshops starting from late 2019.
*Working document in the browser*
![](http://osp.kitchen/api/http://osp.kitchen/api/osp.tools.ether2html/45f025c0b37efd149d4dfdb9ce0af2d01ff5ff81/blob-data/book-screengrab.png)
# How to use it
1. Create an etherpad somewhere for the CSS (e.g. <https://framapad.org>).
2. Create an etherpad somewhere for the content (e.g. <https://framapad.org>).
3. Click on the link [ether2html.html](http://osp.kitchen/tools/ether2html/tree/master/ether2html.html#project-detail-files) then download the file by right-click "Download raw" and choose "Save link as".
4. Edit that `ether2html.html` file by replacing the URL under the comment `<!-- CHANGE THE URL OF YOUR CSS PAD BELOW -->` by the export URL of the pad CSS you created in step 1, copy the link location of the plain text export of the pad - see below the screen capture.
5. Edit that `ether2html.html` file by replacing the URL under the comment `<!-- CHANGE THE URL OF YOUR MARKDOWN CONTENT PAD BELOW -->` by the export URL of the pad for the content you created in step 2, copy the link location of the plain text export of the pad - see below the screen capture.
6. Open the file `ether2html.html` in your web browser (Firefox or Chrome).
7. Edit your pad with content (markdown or html) and your pad with CSS styles.
8. Reload the file `ether2html.html` opened in your web browser.
9. Use the print function of your browser and choose "Save as file". Here is your pdf ready to print!
*Copy the link location of your pad*
![](http://osp.kitchen/api/osp.tools.ether2html/b72c830156ff61069478b0052f9d77b52affa539/blob-data/pad-menu-screengrab.png)
# Markdown
Showdown.js parse markdown code with some specificities, look at [https://github.com/showdownjs/showdown/wiki/Showdown's-Markdown-syntax#headings](https://github.com/showdownjs/showdown/wiki/Showdown's-Markdown-syntax#headings). For next versions or workshops we would maybe explore the available options at [https://github.com/showdownjs/showdown/wiki/Showdown-Options](https://github.com/showdownjs/showdown/wiki/Showdown-Options).
# Licence
© OSP under the GNU-GPL3
# Use cases
## Whole erg catalogue
Workshop at [erg](http://erg.be), Brussels with Master students in graphic design and visual communication.
![](http://osp.kitchen/api/osp.tools.ether2html/6c2e5f9adcc753b233298fb872c313ccea71d065/blob-data/erg_20200129_190516.jpg)
![](http://osp.kitchen/api/osp.tools.ether2html/8429dcadf98a4e9d043fc6ef4b79a958e9d633e9/blob-data/erg_20200129_190741.jpg)
## Workshop at Piet Zwart Institute
Workshop at PZI with Master 1 students of the [Xpub](https://www.pzwart.nl/experimental-publishing/) department for the project/issue [We have an USB full of documents - We have secrets to tell](https://issue.xpub.nl/11/)
Master of Arts in Fine Art and Design: Experimental Publishing Piet Zwart Institute, Willem de Kooning Academie - Archivists: Avital Barkai, Damlanur Bilgin, Sandra Golubjevaite, Tisa Neža Herlec, Mark van den Heuvel, Max Lehmann, Mika Motskobili, Clara Noseda, Anna Sandri, Ioana Tomici Teachers: Sami Hammana, Freedom Martinez, Andre Castro, Aymeric Mansoux, Michael Murtaugh, Steve Rushton, Leslie Drost-Robbins Guests: OSP (Stéphanie Vilayphiou, Pierre Huyghebaert), Mayday Rooms (Rosemary Grennan, Jan Gerber), Warp Weft Memoty (Renée Turner, Cristina Cochior), Jérémie Zimmermann, Dušan Barok, error404
![](http://osp.kitchen/api/osp.tools.ether2html/836b1815669163e5f1f6443f0f924fd131aa8186/blob-data/pzi_20200128_111221.resized.jpg)
![](http://osp.kitchen/api/osp.tools.ether2html/332bf351637b4209cf88bb9422a6edb435c0b5a7/blob-data/pzi_20200128_175836.resized.jpg)
![](http://osp.kitchen/api/osp.tools.ether2html/0cc802640dc8b3cc093d920f4372f937edaab908/blob-data/pzi_20200128_183557.resized.jpg)
## Remote workshop during Covid-19 lockdown at the type media department, La Cambre, Brussels
"Ce qui brûle", questions et réponses de Marie de Villoutreys, Yulen Iriarte Arriola, Timothée Lee, Julie Lemoine, Paul Rivet, Isabelle Sidaine, Laetitia Troilo, Adrien Requin, Hannah Lamarti et Mathilde Guiot, en discussions avec Laure Giletti et Pierre Huyghebaert. Publication réalisée avec ether2html par Hannah Lamarti, Mathilde Guiot, Julie Lemoine et Pierre Huyghebaert en avril 2020, une [publication téléchargeable](https://galee.lacambretypo.be/s/2nC6e5oJg8RGJLM).
![](http://lacambretypo.be/soulever-l-effondrement/ce-qui-brule/jitsi.jpg)
![](http://lacambretypo.be/soulever-l-effondrement/ce-qui-brule/ce-qui-brule-cover.png)
Content of the pad markdown boilerplate, for copy/paste or reference
----
## Markdown starting cheatsheet
Bold in the pad will not be considered as bold.
One linebreak = no linebreak. Two linebreaks will generate a paragraph break.
Use <br /> to generate a linebreak if needed.
Text *text in italic* text <br />
text **text in bold** text <br />
text ***text in bold and italic*** text.
Link with title [Link title](http://example.com/)
![Alt text for an image](URL/to/file.jpg)
Code
Block
Markdown is a lightweight markup language with plain-text-formatting syntax. Its design allows it to be converted to many output formats, but the original tool by the same name only supports HTML. Markdown is often used to format readme files, for writing messages in online discussion forums, and to create rich text using a plain text editor. Since the initial description of Markdown contained ambiguities and unanswered questions, the implementations that appeared over the years have subtle differences and many come with syntax extensions.
# Header 1
## Header 2
### Header 3
- Item 1
- Item 2
- Sub-item 1
- Sub-item 2
- Item 3
1. Numbered item 1
1. Numbered item 2
1. Numbered item 3
5. Numbered item 4
The numbers has no importance, Markdown will number automatically.
More documentation on [https://daringfireball.net/projects/markdown/syntax](https://daringfireball.net/projects/markdown/syntax)
# History
John Gruber created the Markdown language in 2004 in collaboration with Aaron Swartz on the syntax, with the goal of enabling people "to write using an easy-to-read and easy-to-write plain text format, optionally convert it to structurally valid XHTML (or HTML)".
Its key design goal is *readability* – that the language be readable as-is, without looking like it has been marked up with tags or formatting instructions, unlike text formatted with a markup language, such as Rich Text Format (RTF) or HTML, which have obvious tags and formatting instructions. To this end, its main inspiration is the existing conventions for marking up plain text in email, though it also draws from earlier markup languages, notably setext, Textile, and reStructuredText.
Gruber wrote a Perl script, Markdown.pl, which converts marked-up text input to valid, well-formed XHTML or HTML and replaces angle brackets '<' '>' and ampersands '&' with their corresponding character entity references. It can be used as a standalone script, as a plugin for Blosxom or Movable Type, or as a text filter for BBEdit. Markdown has since been re-implemented by others e.g. in a Perl module available on CPAN (Text::Markdown), and in a variety of other programming languages. It is distributed under a BSD-style license and is included with, or available as a plugin for, several content-management systems.
----
Content of the pad CSS boilerplate, for copy/paste or reference
----
body {
font-size: 12pt;
line-height: 1.2em;
font-family: 'alfphabet-iii', sans-serif;
}
h1 {
font-size: 30pt;
page-break-before: always;
font-family: 'alfphabet-iv';
font-weight: normal;
}
h2 {
font-size: 24pt;
font-weight: normal;
}
h3 {
font-size: 16pt;
font-weight: normal;
}
img {
margin-top: 3vh;
margin-bottom: 3vh;
max-width: 8cm;
border-radius: 8px 50px;
}
a {
color: black;
}
a:after {
content:" <" attr(href) ">";
}
code {
font-family: 'notcourier';
}
@page {
size: 210mm 297mm;
}
@page :left {
margin: 50mm 50mm;
@left-middle{
content: "A title";
transform: rotate(-90deg);
}
@top-center {
content: "Another title";
}
@top-left-corner {
content: counter(page);
transform: rotate(-90deg);
padding-right: 8ch;
}
}
@page :right {
margin: 50mm 50mm;
@right-middle{
content: "Special Issue XI";
transform: rotate(90deg);
}
@top-center {
content: "Again a title";
}
@top-right-corner {
transform: rotate(90deg);
content: counter(page);
transform: rotate(90deg);
padding-left: 8ch;
}
}
@page :first {
@right-middle {
visibility: hidden;
}
@top-center {
visibility: hidden;
}
@top-right-corner {
visibility: hidden;
}
@bottom-right-corner {
visibility: hidden;
}
}
/* Even if brutal, fonts could be embedded directly from remote source */
/* As Ether2html is a way to do publications, not website */
@font-face {
font-family: "notcourier";
src: url("http://osp.kitchen/api/osp.foundry.notcouriersans/9fff7fd811e6982a46b88f7772fa9768b03c6003/blob-data/NotCourierSans.ttf");
}
@font-face {
font-family: "alfphabet-iv";
src: url("http://osp.kitchen/api/osp.foundry.alfphabet/53301035a44a724592c06018a5d5cfb59eee6fd8/blob-data/Alfphabet-IV.otf");
}
@font-face {
font-family: "alfphabet-iii";
src: url("
http://osp.kitchen/api/osp.foundry.alfphabet/78cab074aa56a4e3f7c7d0b10aaf6cd14dca9fad/blob-data/Alfphabet-III.otf");
}
<!DOCTYPE html>
<html>
<head>
<meta http-equiv="content-type" content="text/html; charset=utf-8">
<title>ether2html</title>
<!-- UNCOMMENT THE LINE BELOW IF YOU WANT TO START YOUR STYLES FROM SCRATCH, WITHOUT DEFAULT ONES FROM THE BROWSER -->
<!-- <link href="https://meyerweb.com/eric/tools/css/reset/reset.css" rel="stylesheet"> -->
<!-- CHANGE THE URL OF YOUR CSS PAD BELOW -->
<link href="http://pads.osp.kitchen/p/iselp-50-css/export/txt" rel="stylesheet" text="text/css">
<script src="https://cdnjs.cloudflare.com/ajax/libs/showdown/1.9.0/showdown.min.js"></script>
<script src="https://code.jquery.com/jquery-1.12.4.min.js" integrity="sha256-ZosEbRLbNQzLpnKIkEdrPv7lOy9C27hHQ+Xp8a4MxAQ=" crossorigin="anonymous"></script>
<script type="text/javascript" charset="utf-8">
function run() {
var text = document.getElementById('pad-content').innerHTML,
target = document.getElementById('document'),
converter = new showdown.Converter(),
html = converter.makeHtml(text);
target.innerHTML = html;
}
$(document).ready(function(){
$("#pad-content").load($("#pad-content").attr("data-md"), function(){
run();
window.setTimeout(function(){
$.getScript("https://unpkg.com/pagedjs/dist/paged.polyfill.js", function(data, textStatus, jqxhr) {})
});
});
});
</script>
<!-- This is the default stylesheet of paged.js -->
<style type="text/css" media="screen">:root{--color-background:whitesmoke;--color-pageBox:#666;--color-paper:white;--color-marginBox:transparent}@media screen{body{background-color:var(--color-background)}.pagedjs_pages{display:flex;width:calc(var(--pagedjs-width) * 2);flex:0;flex-wrap:wrap;margin:0 auto}.pagedjs_page{background-color:var(--color-paper);box-shadow:0 0 0 1px var(--color-pageBox);margin:0;flex-shrink:0;flex-grow:0;margin-top:10mm}.pagedjs_first_page{margin-left:var(--pagedjs-width)}.pagedjs_page:last-of-type{margin-bottom:10mm}.pagedjs_margin-bottom,.pagedjs_margin-bottom-center,.pagedjs_margin-bottom-left,.pagedjs_margin-bottom-left-corner-holder,.pagedjs_margin-bottom-right,.pagedjs_margin-bottom-right-corner-holder,.pagedjs_margin-left,.pagedjs_margin-left-bottom,.pagedjs_margin-left-middle,.pagedjs_margin-left-top,.pagedjs_margin-right,.pagedjs_margin-right-bottom,.pagedjs_margin-right-middle,.pagedjs_margin-right-top,.pagedjs_margin-top,.pagedjs_margin-top-center,.pagedjs_margin-top-left,.pagedjs_margin-top-left-corner-holder,.pagedjs_margin-top-right,.pagedjs_margin-top-right-corner-holder{box-shadow:0 0 0 1px inset var(--color-marginBox)}}</style>
<!-- As the markdown pad is loaded then converted to html, the following line hide the markdown version -->
<style type="text/css" media="all">#pad-content{display: none;}</style>
</head>
<body>
<!-- CHANGE THE URL OF YOUR MARKDOWN CONTENT PAD BELOW -->
<div data-md="historique.md" id="pad-content"></div>
<div id="document"></div>
</body>
</html>
This source diff could not be displayed because it is too large. You can view the blob instead.
POSTFACE
Les recherches menées pour ce livre nous ont permis de découvrir une
histoire que nous-mêmes, dans l'équipe, ne connaissions pas.
L'historique reconstitué témoigne des changements successifs de
l'Institut au fil des décennies, des directions, et d'un contexte
bruxellois en mutation. Riches d'une meilleure connaissance de nos
racines, nous pouvons définir plus précisément dans quelle direction
nous voulons voir pousser nos branches.
En lisant cette histoire, il me semble que l'ISELP est à l'intersection
fertile de trois ensembles qui ont joué un rôle avec une intensité
variable au fil du temps. À mes yeux, ils ont tous trois autant
d'importance, et je les évoque donc sans ordre spécifique. Il s'agit du
public, des artistes et des chercheurs.
Le public. L'ISELP a été créé pour répondre à une demande : combler un
manque dans la compréhension du monde artistique par un public curieux
mais non expert. Un demi-siècle plus tard, la donne a changé : un
amateur cherche désormais plus facilement des informations sur internet
que dans un programme de cours. Cependant, je suis persuadé que nous
existons pour le public, aussi large que possible. C'est même
probablement plus nécessaire aujourd'hui qu'auparavant. Les avis se
multiplient, les discours se subjectivisent, le concept de vérité
devient flou. En tant qu'institut, nous devons respecter le public et
lui offrir une approche la plus juste, la plus sincère possible. En
parallèle, il me semble central d'initier les plus jeunes à la culture
au sens large, pas tant dans l'idée d'inculquer une culture générale que
dans celle de développer au maximum leur capacité d'analyse, et donc
leur esprit critique. L'œuvre d'art est un regard sur le monde : la
décoder, c'est confronter son opinion, élargir son horizon. Il ne s'agit
pas de convaincre de la qualité de l'art contemporain, mais de
convaincre qu'il y a là matière à se développer. Très certainement, au
moment où les contenus deviennent largement virtuels, penser un institut
comme un forum, un espace de rencontre et de dialogue réel entre public,
artistes, chercheurs, fait sens.
Le deuxième ensemble est constitué par les artistes. Ici aussi, cela
paraît être une évidence. Cependant, les recherches menées pour cet
ouvrage ont montré que l'ISELP n'est pas historiquement lié aux artistes
contemporains. Le rapprochement s'est effectué progressivement, avec un
tournant marqué au début des années 2000. Aujourd'hui, nous sommes un
des principaux lieux subventionnés de soutien aux plasticiens belges.
Cela signifie qu'au-delà du discours sur l'art que nous souhaitons
accueillir, nous accordons une attention particulière à présenter la
scène belge, spécialement émergente.
Ces derniers mois ont prouvé la précarité de ce secteur, et il apparaît
comme une évidence de renforcer le soutien et la visibilité de cette
scène. Sans les artistes, l'ISELP n'a pas de sens. Ce soutien ne
consiste pas simplement à montrer. Il est aussi nécessaire en termes de
production, de réflexion, de diffusion de la pensée, de médiation... Si,
il y a quelques décennies, nous travaillions principalement avec des
œuvres, aujourd'hui nous travaillons avec des artistes. Il s'agit de
productions in situ, de collaborations avec des écoles, de résidences de
recherche, de productions dans l'espace public... Cela s'accompagne de
doutes, d'unions pas toujours évidentes entre art et administration,
entre art et public.
Si nous souhaitons nous affirmer comme lieu de lien entre création et
société, nous devons être à la hauteur de cet engagement vis-à-vis des
artistes. En termes de temps, d'argent, de ressources.
Le troisième ensemble est constitué par les chercheurs. Il s'agit
probablement de l'ensemble le moins identifié. Historiquement, il
renvoie à la fois aux conférences données par des professeurs, à
l'action menée par l'Institut dans le champ de l'art public par le biais
de tables rondes puis d'expertise au sein de commissions, et aux
colloques organisés dans les années 2000. Aujourd'hui, je souhaite
concevoir notre rapport à la recherche exactement comme notre rapport
aux artistes. Il s'agit d'accompagner une scène, de lui donner les
moyens d'exister, et de rencontrer une audience. Cela signifie qu'il est
autant question de diffuser une recherche établie, par le biais de
conférences et cours, que d'encourager des questionnements neufs. Les
résidences scientifiques que nous initions dans le cadre des 50 ans de
l'ISELP en sont le premier témoignage : permettre à un historien de
l'art de venir construire son propos en nos murs, et ensuite le
diffuser, témoigne de notre volonté d'encourager les réflexions
nouvelles. Très clairement, nous souhaitons accompagner une pluralité de
discours sur les rapports entre art et société contemporaine, et des
conceptions les plus larges possibles de l'art actuel. Nous sommes
demandeurs d'une scène d'historiens qui soit diversifiée, en phase avec
la société. De la même façon, les sujets évoqués doivent être
décloisonnés. Même si les vingt dernières années de l'ISELP ont assis
une action dans le champ des arts plastiques contemporains, les
décennies plus anciennes doivent continuer de nous encourager à nous
intéresser à des formes moins reconnues comme ont pu l'être le clip
vidéo, la caricature ou la bande dessinée, pour ne citer que quelques
exemples accueillis ici. Les arts plastiques et l'histoire culturelle
doivent se rencontrer.
Ces trois ensembles forment un tout dont la force réside dans la
rencontre. L'ISELP est un carrefour, un forum, le lieu d'une
co-construction de notre rapport au monde. L'échange est le maître mot.
Quel est l'objectif de cette rencontre ? En joignant une recherche
artistique ou scientifique en cours à un / des publics initiés ou non,
il s'agit de participer à la démocratie culturelle. Cela ne peut se
faire qu'horizontalement : en croisant les discours, en croisant les
disciplines artistiques. Le décloisonnement qui a marqué la création de
l'Institut me sert encore de modèle aujourd'hui. Plutôt que de tenter de
convaincre de la pertinence d'une scène artistique (il s'agit alors de
démocratisation de la culture), il s'agit de créer et défendre ensemble
une vision de l'art qui fasse sens dans le monde qui nous entoure. Qui
permette à chacun de s'approprier un peu mieux son quotidien, grâce à la
multitude d'approches de l'art : regard critique, émotion, pas de côté,
focalisation accrue, humour... L'art n'existe que comme objet de
société, comme lieu collectif, aussi intime que puisse en être sa
perception. En ce sens, nous souhaitons être un lieu de société.
Adrien Grimmeau
Directeur
*Pourquoi et comment.*
J'ai grandi avec l'Institut 
En toute simplicité
C'est vertigineux ! 
Un si long temps.
50 ans !
Jamais je n'aurais pu supposer qu'un tel projet puisse réellement voir
le jour !
Bien entendu, je me connaissais de solides connaissances en Histoire de
l'art\...
Bien entendu, mais je voulais essayer, entreprendre, offrir une clé pour
entrer dans un monde d'une richesse peu commune, mais suffisamment
diversifié pour apporter à chacun un accroissement de sa sensibilité.
Dans une réalité plurielle et *multi-personnelle.*
J'utilise volontairement de ces termes. 
L'énervement et le malaise en furent sans doute la raison.
Ce qui me causa ce malaise, profond comme peut l'être celui d'une
révolte intérieure, fut de m'apercevoir qu'un grand nombre de personnes
étaient persuadées, voire affirmaient : « *ce n'est pas pour moi* » ou «
*ce n'est qu'une image\... je ne comprends pas l'importance *», ou
encore *« qu'est-ce que ça veut dire... ? ». *
Alors je me rendis compte combien observation, découverte, éducation,
*perception,* jouaient un rôle important pour le sens de la vie.
Ai-je mal joué ma vie ?
Bien au contraire, celle-ci s'est amplifiée, certes coupée sans cesse
par des questionnements, des doutes : fallait-il continuer ?
(Sans me pencher plus avant sur un aspect très personnel, j'avais tenu
à me rappeler que j'étais chargée d'autres responsabilités, lesquelles
m'étaient infiniment chères : une famille en plein épanouissement.)
Et le temps, le temps qui courait qui courait....
Quel basculement !
Une première crainte m'avait envahie : pourrais-je tenir sans être
épaulée ? Où, et comment, sans budget ? Et sans lieu déterminé.
En effet, je n'avais aucun budget personnel à consacrer à ce beau et
mystérieux projet, non plus que les possibilités de trouver un
collaborateur pour m'aider à mettre en marche cette action.
Et dans quel espace fonctionner ?
Néanmoins, y a cinquante ans, avec espoir, volonté et enthousiasme
j'entrepris de mener à bien, d'inventer plus spécifiquement les prémices
de ce qui allait devenir une véritable aventure. Une ouverture pour qui
le souhaitait, à l'Art, l'art, aux arts.
Cette étrangeté dans le monde des vivants.
Souvenir, souvenirs......
Un antiquaire actif au célèbre Marché des Antiquaires du Sablon,
s'intéressa au projet et m'annonça qu'il lui était possible de nous
prêter momentanément un rez-de-chaussée situé à la rue aux Laines, à la
condition que le projet ne tarde pas trop à se réaliser.
Impressionnée par la proposition, j'acceptai immédiatement.
Ce fut le premier lieu où se pratiquèrent les cours ! Modestement mais
avec quelques excellents historiens de l'art enthousiasmés par le
projet.
Les premiers « étudiants » en emmenèrent d'autres, ce qui me donna une
immense satisfaction et me poussa à continuer.
Plusieurs professeurs séduits par l'initiative, furent chargés de cette
mission.
Il est intéressant aussi de savoir qu'en ces années, l'intérêt et la
curiosité pour les arts étaient nettement moindre qu'ils ne se sont
démontrés depuis lors.
Il fallut néanmoins, après quelques temps, chercher un autre lieu plus
adéquat, plus vaste.
Au bout de quelques mois, un petit miracle s'accomplit.
Je découvris alors un lieu très poétique et fort séduisant : c'est à
dire un chemin très discret qui menait au Parc d'Egmont et son Château.
L'entrée principale en était située Boulevard de Waterloo, (« au charme
intime de la bourgeoisie »). On y pénétrait déjà à cette époque par un
chemin latéral, d'un aspect particulièrement calme, très lointain des
nombreuses boutiques qui animent aujourd'hui le dit boulevard.
L'allée était pourvue d'un bâtiment fermé sur le côté droit. Une série
de grandes et larges fenêtres arrondies laissaient entrevoir de vastes
espaces intérieurs...
Lesquels étaient apparemment vides ! Stop et arrêt de ma part...
Le lecteur comprendra sans doute, qu'usant de mon courage, j'allai
demander audience au Ministère de la Culture, puis à la COCOF.
Au cours de plusieurs entretiens avec les Ministres responsables, je
leur ai soumis en détails le projet tout en soulignant l'importance de
stimuler la connaissance des arts plastiques pour le plus grand public
possible : de permettre ainsi à la population d'entrer dans le monde de
l'art, lequel pouvait devenir *étonnement, plaisir, jouissance.*
Ce qui n'excluait absolument pas la présence de connaisseurs, et tout
simplement de curieux (qui, comme on le constatera, devinrent rapidement
des habitués).
Il s'agissait d'ouvrir ces lieux pour stimuler l'approche et la
connaissance d'un savoir passionnant.
Les espaces étant vides, les Ministres en soutenant ce projet menaient
une action culturelle et sociale : permettre à la population intéressée
d'entrer ainsi dans le monde de l'art, ce qui devint de plus en plus
fréquent !
Car contrairement au non-sens, le monde des arts est un monde de sens,
du sens et des sens !
Le projet prit corps quelques mois plus tard.
Enfin ces locaux nous furent attribués. Bientôt l'ISELP en pris
possession.
Après un certain laps de temps, ces locaux furent restaurés : au
rez-de-chaussée une première salle d'exposition et auditoire, un
secrétariat ; au 1er étage, un bureau et une salle de documentation.
Il fallut alors penser à chercher une ou deux personnes aidantes pour
les tâches à venir : la solution apparut grâce notamment au concours de
deux objecteurs de conscience.
La suite se construisit petit à petit.
Certains cours se donnèrent l'après-midi, d'autres dans la soirée... ce
qui signifia pour notre toute petite équipe une véritable difficulté,
que nous supportions vaillamment.
Au bout de plusieurs années, une certaine évolution se produisant dans
une partie des différents centres d'intérêts de la société, le public se
montra de plus en plus intéressé par tous les aspects artistiques, dont
les arts plastiques.
Le langage lui-même évolua, les termes souvent se réinventèrent.
L'intérêt pour les arts se fit plus intense.
Pendant ce temps l'équipe de l'ISELP s'était accrue petit à petit. Des
historiens de l'art, enthousiastes et imaginatifs, s'attachèrent à
ouvrir de vastes pans de l'art, de ses aspects parfois étranges....
Mais comment et pourquoi ?
Quelle est donc cette sorte de « La Nourriture terrestre »[^1] qui nous
entraîne à convaincre, à partager ?
Cette vision de l'Art, de l'art, des arts.
L'invention, la sensibilité, la curiosité, le rêve : cette autre
sensibilité existentielle de ce que nous nommons l'imagination ! Et
pourtant, pourtant la matérialité y joue un grand rôle.
En faisant abstraction de l'art ancien tels que la peinture, la
sculpture, la gravure, de notre passé, désormais l'audace des artistes
contemporains, se sert d'une temporalité totalement inventive. Qui
affronte et le passé et le futur dans un présent à la fois infini et
fuyant.
Il n'est pas aisé de prendre la liberté de créer.
Dans le même temps quelle sorte d'ivresse.
Laquelle peut torturer l'artiste, le créateur, et le plomber jusqu'à ce
que celui-ci passe dans une sorte d'inconscience, pourtant riche.
Il y a de multiples portes d'entrées pour ces intentions artistiques.
On peut évaluer l'art ancien, l'apprécier ou y rester indifférent.
On peut tout aussi bien repousser l'art contemporain... pour trouver
l'art actuel bizarre, tordu, délirant, tourné vers « La Trahison des
images »[^2].
En somme il faut se lancer dans une sorte d'apprentissage de lecture
particulière où le quant à soi privé, personnel, accepte de se libérer
du regard plâtré jeté sur l'image encore inconnue.
Oser essayer non pas de comprendre, ou d'adhérer *ipso facto*, lorsque
l'objet présenté ne vous éveille pas (*Quelle est la langue qu'il n'a
pas fallu apprendre dans le courant de la vie *; *même l'enfant jeune
sauf s'il est doté de parents polyglottes, passe par cet
apprentissage*), mais se laisser aller à la curiosité active de celui
qui le désire.
Se mettre à la hauteur du message visuel.
Ne pourrait-on pas avancer -- sauf en certaines circonstance
douloureuses et pesantes -- que le seul langage capable de faire penser
à cet infini étrange, qui passe dans toutes les langues, est l'art.
(Les notes de « L'ode à la Joie » de Beethoven, pour exemple, qui
délivrent un sentiment d'émotion très profonde, même si l'écoute
musicale en est involontaire -- Les vibrations musicales de Keith
Jarrett ou la voix de Leonard Cohen d'une gravité rugueuse, entrent dans
la même problématique.)
N'avons-nous pas tous en notre mémoire intérieure, par moments -- très
rarement ou souvent -- plus que le souvenir, la sensation de retourner
dans un passé qui nous offre une mélodie laquelle s'était un jour ancrée
en nous. Il y a sans doute un lien intérieur, fluide ou pesant, qui
reconstruit dans une partie de notre cerveau le besoin profond de
reconnaître (ou d'apprendre, de découvrir) tel ou tel passage musical.
Vous pouvez vous arrêter au milieu de votre activité, écouter et passer
en un éclair, de la vie courante à une forte émotion intérieure.
Nous pouvons ressentir le même type d'émotion devant un tableau, à
première vue, je dirais « hirsute », et non, je n'accepte pas les
termes désapprobateurs du soi-disant « n'importe quoi ! ». Cela ne veut
rien dire et pourtant ces impressions négatives peuvent alors fortement
s'inscrire dans votre regard lors de votre désapprobation première.
Dites-vous qu'à chaque moment de la vie nous sommes obligés d'accepter
une découverte ou l'autre, cela s'appelle *apprendre.*
Nous sommes tous obligés à un moment ou l'autre d'y faire face.
Cet aspect sans doute un peu difficile ne s'adresse pas seulement ou
nécessairement, aux divers aspects de la vie matérielle.
Cela signifie aussi que votre sensibilité existe.
Nous voilà ici avec le désir de découvrir, d'apprendre, d'être proche ou
non d'une œuvre.